L’incroyable histoire de Michaela

Née musulmane en Sierra Leone Mabinty Bangura change de nom, de religion et devient Michaela Deprince de confession juive. Orpheline, méprisée l’auteure Elaine Deprince l’adopte quelques années plus tard.Capture d’écran 2015-12-22 à 21.21.04

Dans une Sierra Leone déchirée par la guerre toute sa famille est morte. Mis à l’orphelinat par un oncle, elle découvre la danse classique à travers la photo d’un danseur dans un magazine.

«Il y a beaucoup de stéréotypes sur le fait d’être noire dans le monde du ballet. Ca change un peu, doucement. Mais ça reste terrible. Parfois, les gens me dissent que je suis trop foncée pour ce rôle»

Au sein de l’orphelinat le personnel met en place une classification sordide des enfants. Les enfants sont classés par ordre de préférence. Mabinty souffre de leucodermie plus connue sous le nom de vitiligo. Du fait de sa maladie, elle est classée  dernière, elle reçoit nourritures vêtements et autres  après tout le monde.

Les rebelles prennent d’assaut l’orphelinat Michaela réussit à prendre la fuite avec une amie. Le couple  Deprince adopte en 1999 Michaela, son amie, et une autre jeune fille. Elle quitte sa terre pour l’occident. De nouveaux obstacles se dressent sur son chemin: le racisme, les barrières culturelles, les moqueries. Michaela les a franchit pour atteindre l’un de ses rêves.Devenir danseuse étoile.

C’est sur la scène du  Ballet national de Hollande à Amsterdam,  que la jeune sierra-leonnaise âgée de 20 ans  interprétera le rôle de Clara. L’héroïne de Casse noisette dans le ballet-féerie de Tchaïkovski ce 28 décembre.

Lors d’un interview donné á the Guadian Michaela Deprince  évoque son enfance, son passé douloureux en Sierra Leone et ses espoirs.

Bride de souvenirs de la danseuse étoile:

Des souvenirs qu’elle a racontè avec sa mère adoptive dans Taking Flight. From war orphans to star ballerina. Un livre sortit en octobre 2014.livre michaela deprince Taking Flight From war orphans to star ballerina crepushair

« Quand j’étais enfant, je me rappelle de l’un des directeurs qui disait on ne met pas beaucoup d’efforts dans les petites filles noires, parce qu’elles finissent par devenir grosses»

«Les rebelles sont arrivés. Quand ils prenaient les nourrissons, ils ne voulaient que des garçons. S’il s’agissait d’une fille, ils pétaient les plombs. Ma maîtresse attendait une petite fille. Ils l’ont éventré, lui ont coupé bras et jambes et l’ont laissé pour morte. J’ai essayé de la sauver»

 

Publicités

Une réponse à “L’incroyable histoire de Michaela

  1. Qu le nom de Dieu soit béni

Ecrivez un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s